Col de l’Iseran

route col iseran
Haute vallée de l’Isère depuis la route du col de l’Iseran

Du haut de ses 2770 mètres, le Col de l’Iseran attire, quelqu’en soit la raison : touristes avides de panoramas prenants, randonneurs au long cours, cyclotouristes/sportifs sur les traces du Tour de France, curieux de toutes natures… Ce passage emblématique sur la Route des Grandes Alpes interpelle par l’affront qu’il fait à la montagne de parvenir à hisser des trains de camping-cars à cette altitude, normalement l’apanage de randonneurs confirmés.

La région elle-même interpelle par les chantiers titanesques qui y ont été entrepris : outre le col lui même, on remarque le franchissement des gorges de l’Isère et le barrage de Tignes.

lac de Tignes
Lac de Tignes depuis l’Iseran (dit du Chevril)

Ce dernier fut malheureusement, comme de nombreux barrages construits dans la région, à l’origine de drames familiaux, le village de Tignes gisant au fond du lac du Chevril.

lac sous col iseran
Lacet sur la route du Col de l’Iseran

Le col relie Val d’Isère à Bonneval s/Arc par une route ouverte moins de cinq mois par an, la nature reprenant vite ses droits hivernaux. Et à une telle altitude, elle a naturellement le dernier mot.

Cela va sans dire, les paysages de montagne qui se découvrent au fur et à mesure de l’ascension sont simplement exceptionnels.

Ce qui compte, c'est le pourcent...
Ce qui compte, c’est le pourcent…
arrivée col de l'Iseran
Arrivée au Col de l’Iseran

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.