Autrans

Toit traditionnel à pignons lauzés
Toit traditionnel à pignons lauzés

Les murs étaient réhaussés pour dépasser le chaume, afin d’éviter qu’il ne s’envole lors de trop fortes rafales. Du coup, le mur lui-même n’était pas protégé des infiltrations. Les lauzes étaient posées en escalier afin de régler ce problème, en faisant ruisseler l’eau sans risque pour les murs.

La pierre taillée en forme de pion à jouer qui recouvrait la lauze située au faît porte le nom de couve. Il me semble avoir lu qu’en plus de sa fonction de maintien de la lauze faîtière, cette couve apportait, selon les croyances, fécondité et prospérité aux habitants.

Dans sa préface du livre Aquarelles en Vercors – Autrans de Jean Marbaix, Alfred Scheibling avance une explication plus poétique à cette architecture emblématique de la région, qu’il nomme Les escaliers de l’évasion :

[…] Ce qui précisément caractérise la maison du Vercors, ce sont les pignons couverts de lauzes disposés en escaliers.
 

Des spécialistes très compétents nous expliquent le pourquoi de ce dispositif, explications dans lesquelles il est question de chaume, de vent, d’infiltrations et autres futilités …
 

La réalité est tout autre.
 

Il s’agit en effet d’une aire de jeux pour les oiseaux qui y jouent à saute-moineau pour atteindre au sommet la « couve » parfois déjà occupée par un corbeau.
 

Il s’agit aussi, les nuits où souffle la mordante bises, de faciliter au Père Noël l’accès aux cheminées, aux peintres l’accès au paradis des poètes …

Extrait d’Aquarelles en Vercors – Autrans de Jean Marbaix, éditions Les amis de Jean Marbais.

Mur de bois à Eybertière
Mur de bois à Eybertière

 

Grange - Le Bouchet
Grange - Le Bouchet

 

Linteaux et arc de décharge remarquables.

 

Le manoir
Le manoir

 

… et, si je ne me trompe, les belles vaches de la ferme des Marmottes.