Col de l’Arc *

Novembre 2003

Refuge des Allières
Refuge des Allières

Une de ces promenades que le grenoblois apprécie pour la proximité de la capitale alpine : concilier grasse matinée et randonnée vers un col dégageant des vues panoramiques, tel est l’un des intérêts de cette sortie à moins de trente minutes de Grenoble.

Le départ de la promenade se situe aux Barnets, quelques kilomètres après la bifurcation vers le stade de neige des Montagnes de Lans, depuis Lans-en-Vercors. Par belle journée d’hiver, lorsque la neige est au rendez-vous, le petit parking est vite pris d’assaut par les randonneurs à skis et raquettes. Laisser là le véhicule et monter en direction du refuge par la Combe Claire. A hauteur du refuge des Allières, prendre à gauche le sentier qui tire droit vers le Pic Saint-Michel par la Combe Oursière. Une variante consiste à dépasser le Collet du Furon en continuant par le GR91, puis à monter directement par la combe une fois arrivé sous le col.

 

Matin ouaté
Matin ouaté

↑ Un de ces moments magiques où l’ambiance bascule de l’austérité peu motivante d’une matinée bouchée à la douceur riante d’une neige ensoleillée.

 

Traces fraiches
Traces fraiches

 

J’étais ce matin au parking à 9 heures, premier arrivé pour étrenner en raquettes la poudreuse tombée abondamment en fin de semaine. Parti dans un brouillard humide et givrant, le soleil devait se révéler peu après les Allières, sur les pentes situées sous le col. Arrivé au col de l’Arc en fin de matinée, j’ai pu goûter les vues bien dégagées offertes vers Belledonne et le Mont-Blanc, au nord-est. Les plateaux du Vercors étaient eux baignés par la brume, seuls les crêtes de la Molière et de Méaudre émergeant tels des ilôts encerclés par la mer de nuages.

 

Sous le Col de l'Arc
Sous le Col de l'Arc


La combe se présente ainsi au débouché de la forêt. La poudreuse était vierge et en couche épaisse ce matin là. La trace s’ouvre alors selon les souvenirs que l’on peut avoir de la même promenade réalisée à la belle saison. Hors d’un chemin naturellement balisé par une haie, un muret ou des caïrns suffisamment proeminents et rapprochés, la randonnée revet une allure de course d’orientation qui ajoute au charme de la rando en raquettes (c’est un avis personnel).