Grenoble panoramique

Panoramique - Grenoble depuis la Bastille
Panoramique – Grenoble depuis la Bastille

Parmi les points touristiques emblématiques de la ville de Grenoble figure au premier rang l’incontournable téléphérique urbain. « Les bulles », dit-on ici. Les visiteurs en apprécient la vue panoramique qui se dévoile sur la ville, lovée dans le méandre de l’Isère, autant que la perspective alpine qui s’ouvre depuis la terrasse de la Bastille. (suite…)

Couvent Sainte-Marie d’en Haut

Le couvent Sainte-Marie domine le quartier St-Laurent
Le couvent Sainte-Marie domine le quartier St-Laurent

Il ne s’agit pas d’une très longue balade, mais plutôt de la visite d’un lieu qu’il serait dommage de ne pas avoir vu si vous êtes de passage à Grenoble — et à fortiori si vous êtes de la région. Le lieu est situé sur les premières pentes du Mont Rachais, au dessus de l’Isère, sous la Bastille.

Le couvent Sainte-Marie-d’en-Haut abrite aujourd’hui le musée dauphinois, vous trouverez donc des panneaux indicateurs sous ces deux appellations. Une approche intéressante consiste à démarrer le circuit sur la rive gauche de l’Isère, au pied de la passerelle Saint-Laurent, lieu de franchissement historique de l’Isère. Avant de traverser, admirer le quartier rive gauche et les couleurs chaudes des constructions bordant les quais. (suite…)

La Bastille

La Bastille
La Bastille

 

La promenade qui monte à la Bastille par les jardins des Dauphins depuis Grenoble est une classique. Une classique qui vaut néanmoins très largement le détour : le chemin progresse depuis l’Isère jusqu’au sommet à travers les lignes de défense successives mises au point par le général Haxo.

(suite…)

Automne à la Bastille

L'automne à la Bastille
L'automne à la Bastille

La Bastille offre en soi un spectacle déjà prodigieux, alignant un nombre de perspectives telles que le regard abdique quand il tente d’en déméler les imbrications adossées au Mont Rachais. A l’automne la profusion de couleurs vient ajouter à ce tableau des variations qui adoucissent les lignes brutes des fortifications, comme pour atténuer la finalité guerrière de l’imposant ouvrage.

(suite…)